Reportage : Quatre saisons sur le bassin d’Arcachon

00

Au fil des saisons, des parcs du banc d’Arguin, jusqu’à la dune du Pilat en passant par le Cap Ferret, rencontre avec les inconditionnels de ce territoire très nature.

Du bassin d’Arcachon, au Port de Marseille, en passant notamment par l’île de Ré, les équipes de 4 Saisons ont installé leurs caméras pendant un an dans un lieu, une ville. L’objectif : faire découvrir ces endroits à travers l’histoire de femmes et d’hommes qui les font vivre au fil de la spirale des saisons. Il est évident que les enjeux, l’existence de tous ces personnages vont évoluer au rythme du temps qui passe. Un instantané de 12 mois.

Au cœur des Landes de Gascogne, au sud-ouest de la Gironde, s’étend l’un des joyaux du patrimoine français, avec ses 80km de plages boisées, son micro-climat enchanteur, sa biodiversité unique et sa dune du Pilat, 107 mètres, la plus haute d’Europe. C’est ici que vivent ou se sont installés des hommes et des femmes qui s’attellent à faire vivre et à préserver ce lieu unique, au rythme des marées. Au fil des saisons, des parcs du banc d’Arguin, jusqu’à la dune du Pilat en passant par le Cap Ferret, rencontre avec les inconditionnels de ce territoire au caractère trempé et sauvage.

Dominique Aloir est l’une des figures d’Arcachon. Cela fait plus de 40 ans que le septuagénaire élève et vend ses huîtres. Sur le banc d’Arguin dans ses parcs à huîtres, il s’émerveille tous les jours de l’environnement dans lequel il travaille : « c’est un joli bureau hein ?! » plaisante-t-il. L’été, il reçoit les touristes dans son cabanon pour des dégustations. Quant à l’hiver, c’est la saison primordiale des nombreuses commandes de Noël. S’il vient de passer le flambeau à sa fille, Dominique ne parvient pas tout à fait à lâcher prise : « Je ne suis jamais loin de mes huîtres, j’ai du mal à m’en défaire. Ca m’inquiète un peu quand même… C’est comme ça, c’est la vie ! »

Gregory a fait de sa passion son métier : construire et revisiter le bateau emblématique du bassin : la pinasse.« Mon grand père était ostréiculteur et j’ai toujours navigué sur des pinasses, c’est un bateau qui est le mien, celui de mon bassin ». Charpentier de marine de formation, Gregory s’est lancé dans l’aventure il y a six ans avec son ami Eric. Ensemble ils s’activent au chantier naval du bassin à la construction de ce bateau traditionnel pour livrer en temps et en heure leur embarcation de prestige. Mais avant de procéder à la livraison, tradition oblige, il fait baptiser la nouvelle pinasse par le curé d’Arcachon. « C’est comme une naissance, c’est important, ça fait partie de notre culture. »

Aux commandes de la brigade nautique de la gendarmerie, Titi est un Picard arrivé ici il y 23 ans et bien décidé à ne jamais repartir. « Je suis tombé amoureux de cet endroit, le temps a fait que je m’y suis investi, que je n’ai pas envie d’en partir, j’aimerais bien y terminer ma vie ici. Simplement ». Pour les fêtes de la mer du 15 août, l’événement de l’été, Titi se met à la barre pour mettre un peu d’ordre dans le joyeux bazar que provoquent les processions et défilés de centaines de bateaux. Et à Noël, les collègues de Titi font de leur côté des tournées de surveillance pour lutter contre le vol des huîtres dont les ostréiculteurs sont régulièrement victimes. « On peut avoir des vols toute l’année, mais c’est vrai qu’en novembre et décembre c’est particulièrement sensible. »

Au Cap Ferret, Laurent et Alexandra sont les patrons de l’un des meilleurs restaurants de la région ouvert toute l’année. L’automne, ils organisent des dégustations de caviar, issus d’esturgeons élevés avec soin dans le bassin : des années d’élevage avant que les femelles ne soient vidées de leurs œufs et des précautions maximales pour obtenir le fameux or noir. L’hiver, ils réalisent des travaux pour optimiser la saison estivale et contenter leurs clients. Le tout, dans une ambiance toujours détendue : « En règle générale, nous avons une une clientèle agréable. Ce ne sont pas des repas d’affaires ampoulés… D’ailleurs voyez, je suis en short… tout va bien !», sourit Laurent.

C’est ce samedi 21 mai à 16h05 sur TF1.

0 commentaires à “Reportage : Quatre saisons sur le bassin d’Arcachon”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Atlantica sur votre PC

Restez connectés !

Recevez avant les autres les dernières infos sur les émissions et les bons plans, l'actualité de vos artistes préférés, le meilleur des clips et faites le plein de cadeaux !